Bourgogne 2013 : « bis repetita »

Tout comme en 2012, la météo de 2013 a malmené hommes et vignes. Les récoltes ont été plutôt faibles avec une baisse considérable du rendement à 1,26 millions d’hectolitres contre 1,5 habituellement. Cette chute de la production s’explique notamment par un hiver long et peu ensoleillé mais un été sec et chaud. Heureusement, la qualité des raisins bourguignons a été sauvée de justesse selon le BIVB (Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne).

La météo bourguignonne en cette année 2013, a été plutôt fraîche et humide. Le printemps, compliqué mais sans gel a retardé la floraison qui a démarré par endroit avec 3 semaines de retard. Heureusement, un été souriant, très ensoleillé et sec mis à part l’épisode orageux de juillet, a permis aux raisins de parfaire leur maturité. « Les viticulteurs durent redoubler d’attention et de vigilance. Cependant, la récolte fut certes en net recul mais la qualité était au rendez-vous ! »

« Ce millésime exigeant a demandé beaucoup d’efforts, ils se trouvent aujourd’hui récompensés, la qualité est là. » En effet, les vignerons ont pu, à défaut de remplir leurs caves, produire un vin d’une certaine finesse. « Les rouges présentent des premières notes acidulées puis, une belle structure apportée par des tanins fins et bien présents. Quant aux blancs, ils sont droits, sans fioriture […] et n’auront pas à rougir face à leurs aînés ».

Source : BIVB, Agreste, Vin vigne

Thomas MANSOURI
Thomas MANSOURI
Assistant marketing at Cuvelier & Fauvarque

Laisser un commentaire