2013, une année singulière pour les Bordeaux

A l’instar de 2012, 2013 est une année complexe où les meilleurs auront su tirer pleinement profits de la météo capricieuse grâce à une maitrise parfaite des vignobles puis de l’élevage du vin dans les chais.

Soit, 2013 n’atteint pas la grandeur de 2009 et 2010 mais il ravira les fins gourmets qui préfèreront laisser ces deux très grandes années vieillir à la cave tout en ne se privant pas. 2013 est une année marquée par la fraicheur et le côté fruité.

A l’encontre des petits vins de Bordeaux qui ont vu leur prix augmenter de 20% (chiffre du ministère de l’Agriculture) sur le millésime 2013 due à une petite récolte, la baisse des prix continue dans les grands crus classés et ce, aussi bien sur la rive droite que gauche. C’est l’occasion de se faire plaisir en remplissant sa cave de grands vins ayant atteint des prix très abordable comme le château Léoville Poyferré (-55 % sur 3 ans) ou encore le château la Fleur Pétrus (- 54% sur 3 ans).

Les blancs secs, eux, se démarquent par une note fruitée assez puissante ainsi qu’une légère touche citronnée et acidulée, typique du sauvignon. Du côté des sauternes et autres liquoreux, une arrivée assez rapide du Botrytis Cinerea (la pourriture noble) a permis aux 2013 de se démarquer de ces dernières années par une fraicheur et une légèreté agréable ainsi qu’une légère note mentholée qui en font un cru unique en son genre. « Ceux qui ont en horreur les vins liquoreux trop lourds, adoreront le millésime 2013 qui, pour les meilleurs, se garderont bien. »

Source : Terre des vins

Thomas MANSOURI
Thomas MANSOURI
Assistant marketing at Cuvelier & Fauvarque

Laisser un commentaire